Vincent Boulanger Photographe


daDSCI1773

suite "AUTRES NON LIEUX" 1 - œuvres 40x40

PARTANT DE L’INFORME
  Le point de départ est la surface à animer -toile ou feuille de papier - et la première tache de couleur ou d’encre qu’on y jette : l'effet qui en résulte, l’aventure qui en résulte. C'est cette tache, à mesure q'on l'enrichit et qu'on l'oriente, qui doit conduire le travail. Un tableau ne s'édifie pas comme une maison partant de cotes d'architecte, mais : dos tourné au résultat – à tâtons ! A reculons! Ce n'est pas en regardant l'or alchimiste, que tu trouveras le moyen d'en faire, mais cours à tes cornues, fais bouillir de l'urine regarde avidement le plomb, là est ta besogne. Et toi peintre, des taches de couleur des taches et des tracés, regarde tes palettes et tes chiffons,les clefs quetu cherches y sont.     Jean DUBUFFET, « l’homme du commun à l’ouvrage » idées/Gallimard   (NOTES POUR LES FINS-LETTRÉS)  
DSCI0301

série "AUTRES NON LIEUX" - 2 - peintures

suite « NON LIEUX »

    "On ne trouvera plus dans ces peintures aucun objet ni figure - rien qui puisse nommer. Elles ne sont pourtant pas du tout non figuratives. Elles prétendent figurer (ou disons plutôt évoquer), dans une forme abrégée, synthétique, le monde qui nous environne dont nous faisons partie..." Jean Dubuffet avril 84   Fasciné par cette ultime période de l’œuvre de Jean Dubuffet, étonné par sa jeunesse, sa liberté, je me suis essayé de reprendre le chemin ouvert. La ligne, la couleur prend toute sa force, car elle n’est plus inféodée à « l’image »   C’est la voie la plus ardue à aborder, se séparer de toute influence et référence représentative, laisser le cerveau agir, sur la main, sans contrôle, simplement avec son acquit, du regard comme de l’esprit. Mai, l’exercice périlleux où le résultat, pour peu que l’on veuille agir sur lui dans une volonté de maîtrise de son geste, bascule dans la médiocrité.  
DSCI1802

Série "AUTRES NON LIEUX" - 3 - œuvres papier - estampes...

Cette citation, je l’approcherais bien du regard que l’on se doit de porter sur la société afin de la comprendre. Ne regardons pas uniquement la foultitude, nos semblables, regardons, écoutons « le plomb » «  la palette et les chiffons » c’est à dire chaque homme dans son unité, pour y découvrir les clefs, l’or que nous cherchons.   Venons-en à la forme du geste et du trait (mélodie et rythme) Il fait partie de l’acquis, inscrit après des années de pratique du cerveau, qui transmet au bras, à la main par instinct. On le retrouve ainsi au cours des années, par un travail constant et quotidien, comme une véritable signature permanente. Quant aux couleurs, si chaque artiste à sa « palette » elle se module par l’instant vécu, ou par un choix ponctuel réservé à l’œuvre du moment. Pou les matériaux utilisés, au-delà d’une volonté délibérée de resté soit « classique » soit de créer des effets particuliers ou provocateurs, c’est parfois la nécessité économique qui les imposent.   Pour moi, lors de la réalisation d’œuvres, j’ai toujours en tête l’objectif de ne reprendre les gestes ou les « manières » d’autres artistes, mais d’imaginer « l’incréé ». Le « beau » n’étant en aucun cas le but de l’œuvre. Le désapprentissage des techniques le choc, des  matières non orthodoxes aide à atteindre la satisfaction
numérisation0004

Série "GRAFF" - 1 - Carnet août 2010

Carnet de croquis de la recherche de  base de la futures série Graff. Le croquis en image à la une à servi de modèle pour la proposition de sculpture au siège du groupe MATMUT, mais aussi pour celle de l'hommage à Aimé CESAIRE (voir Rouen Impressionné 2011)                              
img919

série "GRAFF" - 2 - peintures

Des peintures de très petites tailles jusqu'à 170x170cm A cheval entre "autres non lieux" et Nature² Je cherche, je griffe, je scarifie, je raye, je bafoue. Qu'y a-t-il derrière cette volonté de détruire? Venons-en à la forme du geste et du trait (mélodie et rythme) Il fait partie de l’acquis, inscrit après des années de pratique du cerveau, qui transmet au bras, à la main par instinct. On le retrouve ainsi au cours des années, par un travail constant et quotidien, comme une véritable signature permanente. Quant aux couleurs, si chaque artiste à sa « palette » elle se module par l’instant vécu, ou par un choix ponctuel réservé à l’œuvre du moment. Pou les matériaux utilisés, au-delà d’une volonté délibérée de resté soit « classique » soit de créer des effets particuliers ou provocateurs, c’est parfois la nécessité économique qui les imposent.   Pour moi, lors de la réalisation d’œuvres, j’ai toujours en tête l’objectif de ne reprendre les gestes ou les « manières » d’autres artistes, mais d’imaginer « l’incréé ». Le « beau » n’étant en aucun cas le but de l’œuvre. Le désapprentissage des techniques le choc, des  matières non orthodoxes aide à atteindre la satisfaction.    
P1010463

Série "CENSORED NEWSPAPER" 1 - 2011 - 2012 peintures, papiers, estampes

Série entamée en août 2011

Depuis plusieurs mois, il mène une réflexion inspirée par la vision globale et instantanée d’une simple page de journal et plus globalement de tous les médias : « Qu’y a-t-il derrière les mots et les images ? Que nous cachent-ils ? Où nous emmènent-ils ? Où est le mensonge ? Où est la vérité ? » De bien vastes questions et de multiples réponses trop souvent contradictoires.

Elisabeth Le Borgne  novembre 2011

 

Visionner la vidéo "censored newspaper"